A un petit peu plus d’une semaine du début de l’Euro 2016, l’EDF, alors qu’elle fait face à une ribambelle de blessures est de nouveau sous le feu des projecteurs et hélas pour de mauvaises raisons. L’attaquant du Real Madrid, Karim Benzema, mis à l’écart suite à l’affaire de la sextape, a fait une déclaration fracassante hier dans le quotidien espagnol Marca. Il a déclaré que le sélectionneur français a cédé face à la pression d’une partie de raciste du pays. Cette annonce a fait l’effet d’une bombe puisqu’elle a fait réagir bon nombre de personnalité. Du secrétaire d’état aux sports, Thierry Braillard en passant par François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Mourad Boudjellal, tous y sont de leurs commentaires. La réaction la plus attendue est sans conteste celle de Didier Deschamps, mais en conférence de presse en début d’après-midi, il a préféré botter en touche. SportEuro est en mesure de vous divulguer la teneur de la conversation qu’ont échangé Didier Deschamps et Karim Benzema, ce mercredi 01 Juin, en début de soirée.

Didier Deschamps: Alors comme ça Karim, j’aurais subi des pressions de la part d’une partie de la France raciste ? T’es débile de sortir des propos comme ça à moins de 10 jours de l’Euro. Après tout ce que j’ai fait pour toi, c’est comme ça que tu me remercies ?

Karim Benzema : Désolé coach, je pensais pas que ça allait partir aussi loin. Je me suis exprimé dans Marca même pas dans un quotidien français. Vous connaissez les journalistes, ils en font des caisses quand il s’agit de moi. Ils m’aiment pas du tout.

Didier Deschamps: Tu donnes le bâton pour te faire battre mon petit Karim, combien de fois ton nom est revenu dans des histoires extra-sportives ? Là, tu déclares qu’on est un pays de racistes. Je cherche à créer l’union sacrée autour de l’équipe, toi tu nous fais un coup comme ça. Même Hatem (ndlr: Ben Arfa), il a fait des déclarations positives autour de l’équipe.

Karim Benzema: Lui, encore heureux qu’il fasse des déclarations positives, il était dans le groupe des 30. Il n’a pas le droit de faire la fine bouche.

Didier Deschamps: Je te rappelle que c’est toi qui t’es foutu tout seul dans cette situation. Qu’est-ce que tu avais besoin de te mêler des histoires de fesses du petit nain (ndlr: Valbuena) toi aussi. J’ai fait des pieds et des mains pour pouvoir te reprendre mais ton passif était beaucoup trop lourd Karim et tu le sais.  Il y avait trop de pressions autour de ton cas, le premier ministre et le ministre des sports qui s’en sont mêlés, ont mis mis a tout tes derniers espoirs de participer à l’Euro.

Karim Benzema : C’est bien pour ça que je dis que vous avez subi des pressions de la part d’une partie de la France raciste.

Didier Deschamps: Qu’est-ce que tu me racontes Karim, sans cette histoire tu sais très bien que tu aurais figuré dans la liste. Et puis si tu regardes la composition du groupe, il n y’a pas 23 blancs de souche dans ma sélection. Combien de joueurs français d’origine, j’ai sélectionné ? Une multitude. Donc ce que tu dis ne tiens absolument pas la route. Concernant ton cas, lors de ta période de disette en 2013, qui sait qui t’a le plus soutenu ? Moi. Donc tu es vraiment culotté de me sortir ça en pleine face aujourd’hui. Tu as la mémoire courte par moment Karim.

Karim Benzema : (gêné) Vous avez raison coach, mais avec tout ce vous avez fait, j’aurais tant voulu vous faire gagner cet Euro. Et avec moi dans l’équipe, c’est sur qu’on serait allés au bout. Tandis qu’avec l’autre perche devant, j’ai peur pour l’équipe.

Didier Deschamps: Je connais ton attachement pour ce groupe mais ce genre de propos ne doivent rester qu’entre toi et moi. Ne t’amuses surtout pas à dénigrer Oliv (ndlr: Olivier Giroud) de la sorte auprès de tes proches ou pire encore auprès des médias. Pour le bien de tout le monde, j’aimerais que tu laisses passer l’orage pendant quelques jours et que tu publies un message d’encouragement pour l’équipe soit lors du dernier match de préparation samedi ou bien avant le match d’ouverture de l’Euro. Ce qui serait encore mieux, ce serait que tu encourages Oliv à travers ton message.

Karim Benzema : Faut quand pas trop m’en demander coach, soutenir l’équipe, je suis ok pour ça. Mais pour la perche jamais de la vie, je le ferai.

Didier Deschamps: Fais comme bon te semble Karim. Évites juste les déclarations tapageuses en plein Euro, ce serait bien. Je compte sur toi Karim !

Karim Benzema: D’accord coach, je vais me tenir à carreau. Et bonne chance quand même pour l’Euro.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.