En stage avec le Paris Saint-Germain, la semaine dernière, le milieu franco-tunisien, Hatem Ben Arfa s’est réjoui de son retour en Tunisie où il a pu retrouver le goût des plats locaux !

À la différence de son entraîneur Unaï Emery, les photographes tunisiens n’avaient d’yeux que pour lui, Hatem Ben Arfa. Le retour du fils prodige dans ses terres était attendu depuis longtemps.

Hatem Ben Arfa : « J’ai besoin de mon kebab comme une fille a besoin de son pot de glace après une rupture ! »

Mercredi, le PSG et son milieu offensif ont affronté en match amical, le Club Africain, à Tunis (3-0). Cependant après ce match quasiment à domicile pour le numéro 21 parisien, ce dernier a d’abord voulu parlé de ses vacances très restrictives d’un point de vue alimentaire :

« Ça a été un vrai kiff ce séjour à Tunis au bled ! J’ai enfin pu bouffer comme un porc, après m’être contenu durant les fêtes. Durant le réveillon, Emery m’avait interdit de manger des kebabs, foie gras, dinde. J’ai donc dû me résigner à manger du pain, et des trucs qui poussent dans la terre ! Je crois qu’on s’appelle cela les légumes… Bref c’était horrible à manger !  Au bled je me suis lâché : Couscous, Merguez, Kebabs, Tajine, Makrout, Baklawa. Je vous dis que ça y allait au niveau du gras ! Nutritionniste ou pas ? M’en bats les couilles ! »

Hatem Ben Arfa a aussi voulu exprimé toute sa gratitude envers sa famille qui  a préparé pour son retour un grand repas mercredi soir après le match amical :

« Ma famille a organise une cérémonie pour mon retour. Ma tante Khadija a acheté une broche de viande à kebab de 69 kilos, 5 moutons, 2 agneaux, 30 kilos de semoule, 15 variétés de pâtisseries orientales. J’ai mangé la moitié du buffet à moi tout seul malgré qu’on soit au total  ma tante, mon oncle, mes deux petits cousins et moi. Ma famille sait comment me réconforter en ces temps difficiles, ils savent que j’ai besoin de mon kebab comme une fille a besoin de son pot de glace après une rupture. Ici je me suis senti vraiment chez moi, à tel point que je me demande si je ne vais pas plutôt porter les couleurs du Club Africain, eux ils me laisseront manger comme je veux, tout en étant titulaire… »

En Tunisie, Ben Arfa aurait même appelé André-Pierre Gignac, et Ronaldo, El Phenomeno pour l’accompagner dans sa visite culinaire des restaurants locaux…

Commentaire Facebook

Une réponse

  1. under armour hoodie sale

    Que les lecteurs soient aussi les auteurs sur le site, c’est plus vrai avec Atramenta qu’avec Alexandrie. Qui était alors un site sympa, oui, mais qui n’a tellement pas évolué qu’il est devenu un peu dinosaure. Feedbooks, c’est une vitrine qui pourrait être bien, si d’une aprt les auteurs ne se contentaient pas d’apporter leur prose pour ensuite ne pas s’en préoccuper – à de rares exceptions près. Quand on dépose un commentaire c’est en pure perte. Comme les lecteurs n’en mettent jamais, on finit peut-être par ne plus rien attendre. Bazar des Anges atteindra sous peu les 1200 téléchargements, et aucun retour. Alors pour moi, Feedbooks, il n’y a rien à en tirer (donc je n’ai pas mis le recueil de nouvelles, pour lequel je tiens de toute façon à passer par la case édition ou autoédition).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.