Le PSG s’est imposé samedi après midi sur la pelouse de Dijon (2-1). Les hommes d’Unai Emery ont eu énormément de mal à se défaire des Bourguignons. Ils s’en sont remis à Thomas Meunier qui a été l’homme providentiel du soir puisqu’il a été l’auteur d’un doublé.

Plusieurs paramètres étaient à prendre en compte avant cette rencontre, les rencontres internationales qui avaient lieu à travers le monde. Les sud-américains surtout, qui sont rentrés tardivement de leur voyage, ce qui n’a aucunement facilité la tâche du coach parisien.
La preuve en est, la composition de départ était pout le moins surprenante avec les nombreuses défections qui ont été répertoriés : Edinson Cavani, Thiago Silva, Thiago Motta et Marco Verratti n’étaient pas disponibles.

Résultat des courses, les parisiens se sont retrouvés avec Dani Alves dans un role de milieu récupérateur. Le moins que l’on puisse c’est que le brésilien a mis un certain temps à assimiler son nouveau poste. Tout le monde s’est demandé pourquoi le coach a procédé à une telle manoeuvre.

L’explication est très simple. Ce sont nos confrères de Marca qui nous ont révélé l’info. En réalité, c’est la femme de Unai Emery qui s’est chargée de composer le onze parisien. Elle avait obtenu de son mari qu’en cas de victoire par plus de 2 buts d’écart face au Bayern Munich elle pourrait sélectionner le 11 de départ du PSG face à Dijon. En parfait gentleman, Unai Emery s’est exécuté, à honorer son pari perdu et a accédé à la requête de sa femme.

Cette dernière s’est apparemment trompée sur le poste de Dani Alves. Mais il faut dire que le joueur préféré de Luisa Fernandez (ndlr: femme de Emery) n’est autre que Thomas Meunier, il etait donc inconcevable qu’elle ne le titularise pas. Mais comment se passer des services de Dani Alves, l’un des meilleurs parisiens depuis le début de la saison ? Plutôt que de mettre son mari dans l’embarras en conférence de presse, elle a préféré positionner Dani Alves dans un rôle inhabituel.

En fin de compte, tout est bien qui finit bien pour Madame Emery, le PSG s’est imposé grâce à son chouchou Thomas Meunier.
On doute fortement que ces manœuvres plairont à Nasser Al Khelaifi sur le long terme. Il ne faudrait pas qu’elle se reproduise à l’avenir sous peine de fragiliser la position du coach parisien.

Commentaire Facebook